ÉDITO - Avenir de notre profession : quelles marges de manoeuvres ?